ALLEGRA IAFRATE

2014 Le Trône errant du roi Salomon : étude d’un symbole culturel partagé en Méditerranée médiévale Nationalité: Italie
Catégorie: Histoire de l’art du Moyen Âge
Description du Projet:

Ce projet s’ajoute à ma thèse de doctorat, intitulée: The Wandering Throne of Solomon : Precious Objects and Legends of Kinghsip in the Medieval Mediterranean. Cette recherche en histoire culturelle est centrée sur la circulation d’objets et de traditions littéraires en rapport avec le roi Salomon, en particulier parmi les Chrétiens, Juifs et Musulmans de la Méditerranée, approximativement entre les Xe et XIIIe siècles.

L’objectif principal de cette recherche consiste à montrer comment les objets à fort impact visuel interagissent avec les sources écrites. Cette interaction révèle en effet à quel point de beaux et astucieux objets peuvent obséder l’imagination humaine, ainsi que l’effort continu de l’homme à essayer de faire se correspondre les échos littéraires des merveilles passées en produisant des histoires jugées dignes de devenir des légendes elles-mêmes. La qualité intrinsèque d’objets artistiques (ou de monuments) est davantage mise en valeur une fois que ces derniers font partie intégrante d’une histoire connue ou d’une tradition littéraire. Dans ce contexte, un éspace privilégié sera dedié aux automata, situés à mi-chemin entre merveilles techniques et objets précieux, catégorie d’objets habituellement peu prise en compte, et même «un genre oublié dans l’histoire de l’art médiéval» (M. Camille).

De ce fait, le roi Salomon et les riches éléments liés à son éternelle légende, fournissent un sujet de recherche idéal. L’étendue du folklore et des traditions qui lui sont dédiés constitue un patrimoine culturel commun, partagé par l’Orient comme l’Occident au Moyen Âge. Le pouvoir lié à son nom touche également tout ce avec quoi il était directement en contact (et aussi ce qui lui sera plus tard rattaché), enlevant donc ces éléments du royaume de l’ordinaire et les transformant en objets magiques symboliques et évocateurs, tels que, entre autres, sa bague, son sceau, son noeud, son temple, sa chanson, ses îles, etc.

En gardant cela à l’esprit, je compte surtout me concentrer sur la tradition du trône, venant de la Bible mais largement réappropriée au Moyen Âge comme symbole de royauté. L’apparence distinctive de cet objet permet en effet la reconstruction d’un dense réseau de références vis à vis d’objets de luxe, chefs-d’oeuvres techniques, butins, présents dignes de rois, ruines impressionnantes et sièges royaux.

Mon projet aspire à situer le trône au sein des contextes chrétien, juif et islamique en enquêtant sur la situation culturelle d’une ‘esthétique’ salomonique partagée, entre le Xe et XIIIe siècles. Au lieu de faire une étude de la tradition du Temple de Jérusalem, déjà connue, mon idée est de travailler sur le personnage de Salomon en tant que roi des petits objets – ou des choses portatives. Je compte en effet montrer l’influence de son patrimoine symbolique au sein du monde des lois somptuaires et des objets mobiles au Moyen Âge.

Biographie de l’Auteur:

Allegra Iafrate, élève de l’Ecole Normale Supérieure de Pise, est philologue médiévale et titulaire d’un doctorat en histoire de l’art du Moyen Âge; elle est actuellement boursière au <i>Kunsthistorisches</i> <i>Institut</i> à Florence.

Résultat du projet:

Publication du livre The Wandering Throne of Solomon, objects and tales of kingship in the Medieval Mediterranean (Leiden: Brill, 2015)  http://www.brill.com/products/book/wandering-throne-solomon

Opus Salomonis: Sorting Out Solomon’s Scattered Treasure”, article à paraître sur Medieval Encounters (2015/2016).

“The Circulation of Political Symbols in the Medieval Mediterranean: the Example of the Golden Tree”, thème d’une leçon présentée à la Sorbonne dans le cadre du séminaire “Histoire et archéologie de l’Islam et de la Méditerranée Médiévale”, 5 novembre 2014.

2017-06-26T12:44:23+00:00