CHARA KOLOKYTHA

2010 L’éditeur Tériade et la revue Verve : un intellectuel d’origine grecque au cœur de la modernité Nationalité: Grèce
Catégorie: Histoire Culturelle. Histoire de l’Art
Description du Projet:

Ce projet de recherche s’est fondé sur l’idée d’un voyage. Il s’agit d’un voyage de documentation qui plonge dans un fond culturel. Son but principal est de suivre les pas d’un intellectuel grec, Tériade, son trajet professionnel, afin de rassembler la documentation nécessaire pour élucider et évaluer la portée de son apport à ce qu’on appelle ‘modernité’ dans le contexte historique et artistique du vingtième siècle. La recherche a commencé par une visite de Mytilène, Lesbos, l’île natale de Tériade, où se trouve, depuis 1979, le Musée-Bibliothèque Tériade, fondé par lui-même au milieu d’un champ d’oliviers à côté de son domicile paternel. Le Musée, qui prend la forme d’un livre ouvert, présente toute la production éditoriale de Tériade à partir de Verve (1937) jusqu’à la publication du dernier livre d’artiste en 1975. Il s’agit du contenu de l’exposition Hommage à Tériade, qui lui a été rendu par le gouvernement Français aux galeries du Grand Palais en 1973. Paris fut la seconde destination de ce voyage, la ville où s’installe Tériade en 1916, en suivant l’exemple de plusieurs artistes et intellectuels de sa génération. Son petit bureau de la rue Férou, près des jardins du Luxembourg et l ancienne rue des Aveugles qui fut l’inspiration du nom (Les Deux Aveugles) avec lequel Tériade et Maurice Raynal signaient leurs articles dans le journal l’Intransigeant de 1928 à 1933, portent témoignage d’une admirable activité critique et éditoriale. Les traces de cette activité ne se limitent pourtant dans les locaux de sa Maison d’Editions. Ses publications enrichissent les collections de presque toutes les Bibliothèques de cette ville alors que les archives conservées dans plusieurs Instituts, Musées, Fondations et Bibliothèques à Paris témoignent ses collaborations et son amitié avec un grand nombre d’artistes, d’intellectuels et d’écrivains français et étrangers. Soit sur place, soit par correspondance, on est parvenu à consulter un grand nombre d’archives publiques et privées, en France et ailleurs, afin d’articuler une activité qui embrasse presque 60 ans et qui se déroule dans une période qui est considérée comme le point culminant du modernisme français. Ce voyage s’est terminé avec la visite du Musée Matisse, au Cateau Cambrésis, la ville natale d’Henri Matisse, le peintre bien-aimé de Tériade, qui conserve depuis 2007 l’ensemble de sa production éditoriale et ses archives privées.

Tériade commence sa carrière de critique en 1926 collaborant avec Christian Zervos dans la publication des Cahiers d’Art  (1926-1960), une revue influente auprès des jeunes peintres installés à Paris, le capital des arts de la première moitié du vingtième siècle et le centre de la civilisation occidentale, un juste successeur de Rome et d’Athènes dans le parcours de l’histoire dite culturelle. La totalité de l’activité de Tériade se fond sur les théories du diffusionnisme culturel, un phénomène qui trouve son expression privilégiée dans  le champ de l’édition artistique. Tériade a publié plus de 300 textes critiques dans divers revues et journaux français, grecs, espagnols, belges, américains etc. Son premier livre est paru en 1928 par les éditions Cahiers d’art et constitue une étude sur l’œuvre de Fernand Léger. En 1933, il publie en collaboration avec Albert Skira la revue Minotaure, un lieu de rencontre et/ou de conflit entre les surréalistes et les post-cubistes. Sa contribution au premier volume de l’anthologie Les Trésors de la Peinture Française, publiée par Skira en 1934, présage un avenir prometteur et définie ses prises de positions. Tériade abandonne sa carrière de critique en 1936 rompant sa collaboration avec Minotaure. Il fonde Verve en 1937, avec le financement de David Smart, éditeur américain des magazines Esquire et Coronet. Revue artistique et littéraire, Verve ne contient pas des textes de la critique d’art mais de la littérature. La revue publie les premiers extraits de La Psychologie de l’Art d’André Malraux, de Finnegans Wake de James Joyce, le Dépaysement et la Nausée de Jean-Paul Sartre, les études de Georges Bataille et Roger Caillois, les textes inédits de Pierre Reverdy, Paul Valery, John dos Passos, Ernest Hemingway, André Suarès, Odysseas Elytis, José Bergamin, René Huyghe, Jules Supervielle, Paul Claudel et alii. Les premiers numéros de Verve constituent une anthologie illustrée de l’art français depuis le temps médiévaux. On y trouve des reproductions de miniatures médiévales à côté des lithographies en couleurs des artistes modernes, français et étrangers (Miró, Léger, Rattner, Kandinsky, Klee, Matisse, Bonnard, Rouault, Braque et alii.). Son intention est de présenter les intentions des artistes à travers les siècles. Elle renonce à la comparaison des formes qui est considérée comme une pratique académique. En 1943, Tériade publie son premier livre d’artiste (Divertissement par Georges Rouault) dans lequel l’artiste moderne prend le rôle de l’iconographe médiéval. Jusqu’en 1975 il a publié 37 livres d’artistes illustrés par Bonnard (Correspondances), Matisse (Jazz, Lettres de Marianna Alcaforado, Poèmes : Charles d’Orleans), Picasso (Le Chant des Morts), Giacometti (Paris sans Fin), Le Corbusier (Le Poème de l’Angle Droit), Jacques Villon (Hésiode : Les travaux et les Jours) Léger (Cirque, La Ville), Gromaire (Dix Contes de Gaspard de la Nuit), Chagall (Daphnis et Chloé, Fables de la Fontaine, Bible), Beaudin (Gérard de Nerval : Sylvie), Miró (Alfred Jarry : Ubu Roi, L’Enfance d’Ubu) et alii. La collection Musée des Grandes Architectures, publiée de 1949 à 1963, contient quatre albums photographiques qui présentent en images les Versailles, le Fontainebleau, Les Châteaux de la Loire et Chartres.

Le cas de Tériade dépasse l’étude des échanges artistiques et culturels entre la Grèce et la France du vingtième siècle. Son œuvre est axée sur une étude des séquelles laissées par la dispute contre l’apport de Rome et de la Renaissance italienne sur le développement de l’art français et le réexamen de son développement à travers un retour à l’époque médiévale. Les publications de Tériade manifestent un effort remarquable de souligner les liens étroits entre la création moderne et celle du passé ayant pour but de démontrer que la chaine évolutionnaire de l’art en France n’a jamais été brisée et que Paris, et non pas Rome, est le juste successeur de l’esprit créateur de l’Athènes classique. On ne parle en aucun cas d’un schème régressif passif, mais plutôt de la répugnance moderniste contre l’académisme stérile qui est présenté comme une menace perpétuelle contre l’évolution de l’esprit français et éventuellement le symbole d’un absolutisme répulsif. De même que Christian Zervos, Tériade identifie dans le cubisme, qui est perçu comme une invention méditerranéen, un nouvel effort classique qui peut bien compter comme le légitime héritier du classicisme Athénien, qui a été perverti à ses yeux par la servilité des Romaines. Les 38 numéros de la revue Verve, publiés à partir de 1937, et une série de 37 livres d’artistes, publiés entre 1943 et 1975, constituent la mise en œuvre de ses idées qui ont été dispersées dans ses textes critiques et ses publications d’avant 1937. Le projet de la création d’un Musée d’Art Moderne à Paris pendant les années trente consolide les efforts de Tériade pour la légitimation de l’art des années 1905-1920 comme le point culminant de la création en France. Toutefois son adhérence ultérieure à ce petit groupe d’artistes actifs pendant les deux premières décennies du siècle lui a empêché d’anticiper un nouveau déplacement dans le champ culturel : ce de Paris à New York.

Biographie de l’Auteur:

Chara Kolokytha est née à Athènes. Elle a poursuit ses études en Archéologie et en Histoire de l’Art à l’Université de Crète (BA, MA) et Northumbria University (MRes, PhD). Ses axes de recherche sont l’histoire et l’historiographie de l’art, l’histoire culturelle et la sociologie de l’art. Elle fut chercheuse associée au programme ‘Artistes grecs en Occident’, dirigé par le Prof. Panayotis Ioannou, à l’Institut d’Etudes Méditerranéennes. Chara est membre du Centre d’Etudes Supérieures de la Littérature (CESL) et cofondatrice du groupe de recherche Art History & Visual Culture (AH & VC). Ses travaux ont été présentés dans différents colloques internationaux, et ses articles ont été publiés dans divers recueils et revues spécialisées. Depuis 2013, elle collabore avec Routledge et De Gruyter pour la publication de Routledge Encyclopedia of Modernism (REM) et Allgemeines Künstlerlexikon (AKL).

Résultat du projet:

Publications:

Chara Kolokytha, Verve magazine: December 1937- July 1960, Dissertation, University of Crete, 2 vols., 2011, 498pp. [premier volume en ligne: http://elocus.lib.uoc.gr/dlib/0/8/c/metadata-dlib-1331548351-236526-23092.tkl]

Chara Kolokytha, ‘Tériade, la revue Verve, et le monde de l’art parisien (1937-1960) / in Tériade: France-Grèce, Tellogleio Institute of Arts, Thessaloniki, (proceedings under publication)

Chara Kolokytha, ‘La critique d’art dans l’entre deux guerres: Le cas de Tériade et Christian Zervos’ in F.-G. Theuriau (ed.), L’Evolution de la démarche critique dans le monde culturel, Vaillant Ed., France, 2015. ISBN 2916986812

Chara Kolokytha, ‘L’amour de l’art en France est toujours aussi fécond : La Maison d’Editions Verve et la reproduction de manuscrits à peintures conservés dans les Bibliothèques de France pendant les années noires (1939-1944), in : French Cultural Studies 2, vol.25 (Sage Pub., May 2014): 121-139. Print ISSN: 0957-1558; Online ISSN: 1740-2352

 Chara Kolokytha, ‘The Art Press and Visual Culture in Paris during the Great Depression: Cahiers d’Art, Minotaure and Verve’ in: Visual Resources: an International Journal of Documentation 3, vol.29 (Routledge / Taylor & Francis, Sept. 2013): 184-215.  Print ISSN: 0197-3762 Online ISSN 1477-2809

Chara Kolokytha, ‘Christian Zervos et Cahiers d’art, Archives de la Bibliothèque Kandinsky’ in: Konsthistorisk tidskrift/Journal of Art History 4, vol. 82 (Routledge / Taylor & Francis 2013): 339-342. Print ISSN: 0023-3609 Online ISSN: 1651-2294

Chara Kolokytha, ‘Tériade, la bande à Zervos and the transnational dimension of their Paris-based network’ / Forthcoming 2015.

 Communications:

‘Tériade, la revue Verve, et le monde artistique Parisien (1937-1960), Thessaloniki, Tellogleio Foundation, 13-14 March 2015. (Invited Lecture)

‘La Galerie de Christian Zervos et les Cahiers d’Art’, DFK, Centre Allemand d’Histoire de l’Art, Paris, 8 December 2014. (Invited Lecture)

‘Tériade and the Parisian Art Networks of the 20th century’ (in Greek), Athens School of Fine Arts, Athens Greece, January 2014. (Invited Lecture).

‘Transculturation and artistic diffusion: Tériade, a Greek art critic and editor in Paris between the wars’ in Europe and its Worlds, cultural mobility in, to, and from Europe, Radboud Universiteit, Nijmegen, The Netherlands, 16-18 October 2013., Radboud Universiteit, Nijmegen. (Conference)

‘La critique d’art dans l’entre deux guerres: Le cas de Tériade et Christian Zervos’ in La démarche critique, Tours, France, CESL, September 2013, CESL, Tours.  (Conference)

‘L’Exposition Internationale de Sculpture Contemporaine organisée par Tériade en 1929 à travers les notes critiques de Christian Zervos’ in La sculpture aux XIXe et XXe siècles : un siècle d’échanges européens (1840-1940), Musée Rodin, Paris, 14 June 2013. Université Paris Ouest Nanterre et Musée Rodin. (Conference)

«Ο Τεριάντ ως τεχνοκρίτης και εκδότης (1926-1975): Ζητήματα μεθοδολογίας, τεκμηρίωσης, και ερευνητικής bias» / Tériade as an art critic and editor: methodology, documentation and research bias’, Byzantine and Christian Museum, Athens, Greece, 3 July 2013. Byzantine and Christian Museum. (Invited Lecture)

‘Presse artistique et culture visuelle à Paris pendant la Grande Dépression des années trente: Cahiers d’Art, Minotaure et Verve’, Annual Meeting, Association des études françaises et francophones d’Irlande / ADEFFI, St. Patrick’s College, Dublin, Ireland, 7 March 2013. ADEFFI. (Conference)

‘Christian Zervos on Matisse: Automatisme et espace illusoire’, Northumbria University, May 2012, Newcastle-upon-Tyne, United Kingdom. 2 May 2012, Northumbria University. (PG Conference)

2017-06-24T19:01:29+00:00