JOANA BARRETO

2015 Naples, carrefour artistique entre Occident, Afrique et Orient au XVème siècle Nationalité: France
Catégorie: Histoire, histoire de l’art
Description du Projet:

Après avoir replacé lors de ma thèse la dynastie aragonaise de Naples dans son contexte italien et européen, j’ai souhaité ouvrir les frontières et changer d’échelle d’analyse. Caractérisée comme porte vers l’Afrique et ouverture vers l’imaginaire oriental par Edward Saïd, Naples s’inscrit aux marges d’une Renaissance occidentale qui était loin d’être fermée aux cultures environnantes. Avec l’installation d’Alphonse V d’Aragon sur le trône napolitain en 1442, et jusqu’à l’éviction de la dynastie aragonaise en 1501, la cour parthénopéenne devient une véritable courroie de transmission entre l’Afrique (via notamment la péninsule espagnole), l’Europe et le Levant méditerranéen. Si son rôle de pivot stratégique entre les sphères musulmane, byzantine et chrétienne a fait l’objet d’études historiques et culturelles, il n’en est pas de même pour les études d’histoire de l’art. Des pratiques artistiques aux imaginaires collectifs, de l’Afrique à Constantinople, ce projet a voulu cerner le rôle de la cour de Naples comme relais entre aires culturelles séparées mais perméables. Il envisageait aussi bien les transferts artistiques – de l’Espagne musulmane à l’Italie, de l’Italie à la Méditerranée orientale – que les images de « l’Autre » – Africains et Turcs. En appuyant ces échanges de formes et de motifs artistiques sur une réflexion autour des termes d’ « archaïsme » et de « primitif » qui contrastent avec une vision de la Renaissance comme modernité.

Biographie de l’Auteur:

Après une formation en histoire et en histoire de l’art, Joana Barreto consacre ses travaux de Master puis de doctorat à la Renaissance napolitaine. Elle est également titulaire du Capès d’histoire-géographie. Sa thèse de doctorat intitulée Du portrait du roi à l’image de l’État. Les Aragon de Naples dans l’Italie de la Renaissance a été dirigée par M. Philippe Morel et soutenue à l’université Paris I en 2010. Elle a été publiée à l’Ecole Française de Rome en 2013 (La Majesté en images. Portraits du pouvoir sous les Aragon de Naples). Elle a enseigné l’histoire de l’art aux universités de Paris I, de Poitiers et de Toulouse II. Ses travaux sur Naples ont beneficié de l’appui des bourses de l’Académie de France à Madrid, de l’Institut Hollandais à Florence, de la Seconda Università de Naples et d’une Bourse Lavoisier du Ministère des Affaires étrangères. Son post-doctorat mené comme pensionnaire à la Villa Médicis portait sur les images de guerre à la Renaissance. Auteur de nombreux articles et d’un livre collectif sur Naples, elle a aussi participé au manuel d’agrégation La péninsule ibérique et le monde 1470-1640, PUR, 2013 et à un ouvrage collectif sur les liens entre texte et image (Visible et lisible. Confrontations et articulations du texte et de l’image, 2011).

Résultat du projet:

  • « La matrice valenciana della politica artistica alfonsina », actes du colloque international organisé pa F. Delle Donne et J. Torro Torrent, L’immagine di Alfonso il Magnanimo tra letteratura e storia, tra corona d’Aragona e Italia – La imatge d’Alfons el Magnànim en la literatura i la historiografia entre la Corona d’Aragó i Itàlia, Potenza, 4-5 décembre 2015, SISMEL-edizioni del Galluzzo, sous presse.
  • recension de Alireza Naser ESLAMI, Incontri di civiltà nel Mediterraneo. L’impero ottomano e l’Italia del Rinascimento. Storia, arte e architettura, Leo S. Olschki editore, Biblioteca dell’ « Archivium Romanicum », serie I : Storia, Letteratura, Paleografia, 434, Florence, 2014, 179 p., sous presse dans Le Moyen Âge. Revue d’histoire et de philologie.
2017-07-10T15:48:10+00:00